la source en matière d'essai-auto

Essais Routiers

BMW M2 2016

J’AIM2! J’ADORE! J’EN VEUX UNE…

Depuis la sortie de l’actuelle génération de la M3 et M4, les commentaires généraux des vrais fans de BMW sont ni chaud ni froid. Je comprends en partie leurs critiques : le moteur V8 atmosphérique fût remplacé par un six cylindres turbo, les dimensions sont plus imposantes et le feeling général n’est pas aussi pur qu’autrefois (beaucoup plus digital qu’analogue disons). D’ailleurs, lors de mon essai de la M235i il y a deux ans, j’avais mentionné que ce petit coupé était assurément la voiture la plus agréable à piloter à l’heure actuelle chez BMW car elle respire l’ADN des générations passées de la Série 3 (par exemple, la génération E46 pour les connaisseurs). La donne vient de changer cette année avec la toute première version « M » de la Série 2. L’attente en valait pleinement le coup, et même plus. Mais la question est : assure-t-elle vraiment la relève à la défunte 1M de 2011-2012? On peut répondre à cette question en cinq étapes…

  • 2016-bmw-m2-coupe-f1
  • 2016-bmw-m2-coupe-f10
  • 2016-bmw-m2-coupe-f11
  • 2016-bmw-m2-coupe-f12
  • 2016-bmw-m2-coupe-f13
  • 2016-bmw-m2-coupe-f14
  • 2016-bmw-m2-coupe-f2
  • 2016-bmw-m2-coupe-f3

J’AIM2! J’ADORE! J’EN VEUX UNE…

Depuis la sortie de l’actuelle génération de la M3 et M4, les commentaires généraux des vrais fans de BMW sont ni chaud ni froid. Je comprends en partie leurs critiques : le moteur V8 atmosphérique fût remplacé par un six cylindres turbo, les dimensions sont plus imposantes et le feeling général n’est pas aussi pur qu’autrefois (beaucoup plus digital qu’analogue disons). D’ailleurs, lors de mon essai de la M235i il y a deux ans, j’avais mentionné que ce petit coupé était assurément la voiture la plus agréable à piloter à l’heure actuelle chez BMW car elle respire l’ADN des générations passées de la Série 3 (par exemple, la génération E46 pour les connaisseurs). La donne vient de changer cette année avec la toute première version « M » de la Série 2. L’attente en valait pleinement le coup, et même plus. Mais la question est : assure-t-elle vraiment la relève à la défunte 1M de 2011-2012? On peut répondre à cette question en cinq étapes…

  • 2016-bmw-m2-coupe-f1
  • 2016-bmw-m2-coupe-f10
  • 2016-bmw-m2-coupe-f11
  • 2016-bmw-m2-coupe-f12
  • 2016-bmw-m2-coupe-f13
  • 2016-bmw-m2-coupe-f14
  • 2016-bmw-m2-coupe-f2
  • 2016-bmw-m2-coupe-f3

Design

1. Un look unique et des proportions parfaites

Dès les premières minutes où j’ai fait connaissance avec celle qui serait mienne pour la semaine, je fus subjugué par cette couleur bleue Long Beach parcourant ses pourtours. La teinte semble changer selon les angles et la luminosité extérieure. Considérant que seulement trois autres couleurs sont disponibles (blanc, noir et gris), la M2 frappe un grand coup lorsque peinte avec ce bleu. Parlant d’un grand coup, c’est tout un coup de foudre qui m’attendait en faisant aller mon regard tout autour… cette voiture est beaucoup plus agressive qu’une série 2 (228i ou M235i) avec ses ailes élargies, son parechoc avant totalement revu, ses quatre embouts d’échappements, sa suspension abaissée et ses grandes roues de 19 pouces avec pneus sport de larges dimensions. L’effet de ces changements et ajouts sur ce petit coupé lui donne un air costaud et une prestance qui se ressent.

2. Un habitacle et un confort pour une utilisation au quotidien

En se rappelant qu’on conduit un petit coupé sport, on est alors plus indulgent avec notre évaluation de l’espace disponible. À l’avant, c’est amplement suffisant pour la plupart des gens et les deux places arrière conviendront bien adéquatement à des enfants, pré-ados ou adultes de petites tailles. De plus, le volume du coffre frôle les 400 litres donc aucun problème pour y insérer divers bagages ou valises lors de vos déplacements.

Les sièges sont confortables et ajustables de multiples façons, tout en procurant un support latéral adéquat pour tenir en place les deux occupants avant dans les virages. Et avec une adhérence qui va chercher exactement 1.0G en latéral, c’est le minimum qu’on s’attendait de ces sièges. Un point qui n’est pas très impressionnant par contre concerne la qualité de certains matériaux (dans les portes par exemple) qui est moyenne et peu agréable au toucher…

La conduite

3. Des performances de haut niveau

Malgré une puissance qui semble peu impressionnante de nos jours pour un véhicule de la division M, croyez-moi que chacun des 365 chevaux sont plus que présents, et même que je me questionne sur la réelle puissance de ce moteur six cylindres qui doit surement s’approcher des 400ch. En tout cas, derrière le volant, l’expérience est mémorable et le couple élevé à bas régime (fonction « overboost » assure 369 lb-pi à 1400 trs/min) assure des reprises instantanées. Notre véhicule d’essai était livré avec la seule option offerte au catalogue, soit la transmission automatique à double embrayage (une transmission manuelle à six rapports est livrée de série). Les temps chronométrés furent de 4,4 secondes pour le 0-100 km/h et 12,7 pour le quart de mile. Le freinage est lui aussi totalement à la hauteur des attentes, avec une modulation parfaite pour la route ou la piste, et une puissance impressionnante de la part des immenses disques.

4. Un plaisir de conduite enivrant

Au-delà des chiffres et des performances, une voiture sport se doit de communiquer en tout temps avec son pilote et lui procurer une rétroaction détaillée sur ce qui se passe aux quatre coins du véhicule. À ce niveau, Porsche est passé maitre dans cette expertise et c’est pourquoi je cite souvent ce manufacturier en référence pour le plaisir de conduite. Et bien dans le cas de cette M2, BMW n’a rien à envier à son compétiteur de Stuttgart car mon sourire fût constant lors de mes 7 jours derrière le volant… bref, j’avais les dents sèches! D’accord il y a un mode Confort pour nos routes en piteux état, et c’est tant mieux. Son vrai caractère ressort en mode Sport et encore plus en mode Sport+. L’échappement devient plus agressif et bruyant, la transmission effectue ses changements de façon plus saccadée, la suspension est plus ferme et la direction moins démultipliée. Je ne pouvais m’empêcher de lancer la M2 en virage à la limite d’adhérence et contrôler cette valse tout au long de la courbe, et tout cela avec une facilité déconcertante. Il est vrai qu’il faut forcer un peu la danse avec le pied droit car on perçoit un peu de sous virage à l’occasion malgré ses larges pneus sport. Peu importe, chaque instant derrière le volant est un pur plaisir…

5. Une valeur sure et très compétitive

Le prix de base de 61 000$ est exactement 15 000$ de moins qu’une M4 (qui est livrée de base avec moins de caractéristiques de série), et il n’y a aucune option d’offerte. La M2 est livrée tel quel, avec tout l’équipement nécessaire selon moi : sièges sport électriques et chauffants avec sellerie en cuir, volant chauffant, caméra de recul, système de navigation, phares au xénon et DEL, modes de conduite ajustables, différentiel électronique actif, système audio Harman Kardon, roues de 19 pouces avec pneus sport d’été. Les deux seuls éléments manquants à mon avis sont un toit ouvrant et des ajustements plus distinctifs comme sur les autres produits de la division M (ajustements individuels reliés à la suspension, direction, puissance, etc.).

Lorsqu’on analyse les performances de la M2, son caractère singulier et le plaisir généré à chaque minute derrière son volant, on se rend rapidement compte qu’il s’agit d’une valeur sûre pour les vrais amateurs de conduite automobile.

Après la lecture de cet essai, vous ne serez pas surpris si je vous annonce que je suis tombé sous le charme et que je fus complètement conquis pour cette toute nouvelle M2. Je pense sérieusement à m’en procurer une tellement j’ai adoré le comportement général et la prestance de ce petit coupé. Elle est légèrement moins viscérale que l’ancienne 1M, je l’admets. En revanche, elle est plus rapide, plus facile à vivre au quotidien, plus confortable et procure une expérience de conduite tout aussi unique, tant sur la route que sur piste. Je crois que BMW vient de retrouver la recette gagnante et réussira à reconquérir le cœur des vrais amateurs. En tout cas, en ce qui me concerne, cette recette est tout simplement exquise et savoureuse.

Plus et moins

 Essai-auto a aimé :
- Motorisation exquise
- Sonorité addictive
- Tenue de route impressionnante
- Communication parfaite avec le pilote
- Freinage puissant et endurant
- Livrée de série avec tout l’équipement attendu
- Look agressif qui attire les regards

Essai-auto a moins aimé :
- choix très limité de couleurs
- divers matériaux bon marché
- certains ajustements absents pour une « M »
- aucun toit ouvrant de disponible

 

Fiche technique

Fiche Technique (M2 Coupé)

INFORMATION DE BASE
Catégorie de véhicule : Sport
Places assises 4
Nombres de portes 2
PRIX
Gamme de prix 61 000$ - 65 795 $
Prix du modèle essayé 65 795 $
Transport et préparation 2 145 $
GROUPE MOTOPROPULSEUR
Type 6 cyl. en ligne turbo
Cylindrée 3,0 litres
Puissance (ch@tr/min) 365 ch.
Accélération 0-100 km/h 4.4 sec.
Couple (lb.pi@tr/min) 369 lb.pi@ 1400 trs/min
Transmission automatique (nombre de rapports) 7
Transmission manuelle (nombre de rapports) 6
Freins antiblocage Oui
PNEUS
Grandeur des pneus 19 pouces
Dimension des roues 265/35
SYSTÈME DE SÉCURITÉ
Sacs gonflable avant 2
Sacs gonflable latéraux 2
Système antipatinage Oui
Contrôle de stabilité électronique Oui
COFORT ET COMMODITÉ
Garniture des sièges Cuir
Sièges chauffants Oui
Climatiseur Oui
Régulateur de vitesse Oui
Serrures électriques Oui
Télédéverrouillage Oui
Vitres électriques Oui
Volant ajustable Oui
Volant télescopique Oui
SYSTÈME SONORE
Radio AM/FM avec multi DC Oui
Capacité MP3 Oui
Branchement auxiliaires Oui
CONSOMMATION D'ESSENCE (L/100 km)
Moyenne durant l’essai 11,8 l/100km
DIMENSIONS
Longueur 4 468 mm
Largeur 1 854 mm
Hauteur 1 410 mm
Empattement 2 693 mm
Poids à vide 1 585 kg
Volume du coffre 390 L
GARANTIES (ANNÉES / KM)
Générale 4 ans / 80 000 km
Assistance routière Oui

Mots-clés: Sport