la source en matière d'essai-auto

Essais Routiers

Volkswagen Touareg 2017

Dernier tour de piste

Le Volkswagen Touareg tire sa révérence à la fin de l’année modèle 2017 et sera remplacé par l’Atlas, un VUS à sept passagers plus léger conçu selon une recette toute nord-américaine. Le Touareg faut-il le rappeler partage son architecture et sa mécanique avec le Porsche Cayenne et l’ancienne version du l’Audi Q7 ce qui lui confère une certaine noblesse. Ce costaud VUS n’a pas fait l’objet d’une mise-à-jour significative depuis 2011 mais n’a pas pour autant pris trop de rides. Design aux lignes simples, élégance bien assumée et son tonus hors route résument l’essentiel du Touareg.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

 

Dernier tour de piste

Le Volkswagen Touareg tire sa révérence à la fin de l’année modèle 2017 et sera remplacé par l’Atlas, un VUS à sept passagers plus léger conçu selon une recette toute nord-américaine. Le Touareg faut-il le rappeler partage son architecture et sa mécanique avec le Porsche Cayenne et l’ancienne version du l’Audi Q7 ce qui lui confère une certaine noblesse. Ce costaud VUS n’a pas fait l’objet d’une mise-à-jour significative depuis 2011 mais n’a pas pour autant pris trop de rides. Design aux lignes simples, élégance bien assumée et son tonus hors route résument l’essentiel du Touareg.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

 

Design

 

 

L’heure est venue de dire adieu à ce costaud VUS lancé en 2002 qui a connu un succès commercial mitigé sur nos terres mais qui a souvent impressionné par ses capacités hors-route et son raffinement mécanique. Partageant l’essentiel de son architecture et sa motorisation avec le Porche Cayenne (version de base on s’entend), le Touareg offre à son acheteur un châssis extrêmement solide et un comportement routier fort sain. Côté design par contre, le gros VW n’a certes pas la gueule ni le style un peu bling du Porsche mais offre en contrepartie un style plus sobre propre à la vocation de la marque. Sobriété ne veut pas dire ici une allure terne mais plutôt élégante qui a très bien accusé les coups des années et résisté aux diverses modes. On apprécie l’équilibre et la simplicité des lignes de caisse qui confèrent au Touareg une allure de robustesse et sans pour autant l’alourdir. Prenez simplement la mince ceinture de chrome des bas de caisse qui fait le tour complet du véhicule et qui vient ainsi lier les principaux éléments de design de la calandre et du bouclier arrière. La couleur Bleu Claire de lune nacré (je n’invente rien!) fait ressortir tous les détails de la carrosserie de très belle façon et s’agence particulièrement bien aux éléments chromés de la calandre.

L’intérieur de notre Touareg Execline, le sommet de la gamme, a reçu un accueil favorable de la part de tous les passagers lors de mon essai. Une sellerie de cuir couleur terre cuite (je n’invente rien!) chauffée aussi bien à l’avant qu’à l’arrière et climatisée pour les fauteuils avant assure confort et maintien grâce aux nombreux ajustements. La planche de bord adopte le style simple, élégant et surtout très efficace de Volkswagen et les commandes sont d’une ergonomie irréprochable. Le système d’infodivertissement n’est certes pas le plus moderne avec son écran de 8 pouces mais a le mérite d’être simple à utiliser et notez que la navigation est de série même sur la version de base. L’ajout d’un toit ouvrant panoramique vient alléger un intérieur qui se veut un peu sombre dans les versions de base et procure aux passagers qui ont pris place à arrière un environnement aéré. La soute à bagages est de grande dimension et le seuil de l’ouverture du hayon est relativement bas pour un véhicule de cette taille.

 

Conduite et concurrence

 

 

La situation du Touareg ou son positionnement marketing peut nous laisser perplexes. Sa gamme de prix fait en sorte que la version de base Sportline offerte à 51 900$ se retrouve au sommet de celle des Honda Pilot, Toyota Highlander, Mazda CX9 et Ford Explorer alors que la version la plus huppée Execline proposée à 65 460$ se place au bas de l’échelle de prix des BMW X5, Mercedes GLE et Audi Q7 qui, à ce prix n’offrent pas tous les équipements du VW version luxe. Il est donc difficile de comparer le Touareg aussi bien aux premiers qu’aux VUS allemands de luxe. Le seul véritable concurrent tant au niveau de la gamme de prix que les capacités hors-route et de remorquage demeure le Jeep Grand Cherokee. On connait la réputation du Grand Cherokee comme un vrai tout-terrain et sa capacité de remorquage passe de 2 800 kg pour les versions équipées du V6 à 3 265 kg pour les versions V8. Le Touareg quant à lui est capable de tracter 3 500 kg et peut suivre le Jeep sur les sentiers sans trop de difficultés.

Au volant du Touareg on note avant tout la douceur de roulement et la manœuvrabilité de ce véhicule plutôt encombrant quel que soit l’état de la chaussée ou le type de routes empruntées. Le rayon de braquage très court facilite la conduite urbaine tout comme les déplacements sur sentiers serrés à la campagne et les porte-à-faux avant et arrière tout aussi courts permettent des angles d’approche et de départ agressifs. Voilà des qualités essentielles pour un tout-terrain sans pour autant limiter la civilité urbaine attendue d’un VUS de luxe. J’ai eu la chance de faire l’essai de ce gros VW lors d’une semaine de météo changeante et capricieuse. Beaucoup de neige, de vent et de froids sibériens ont mis le Touareg à l’épreuve. N’eût été la défaillance de l’essuie-glace gauche qui s’est complètement détaché de sa tige lors d’une tempête de neige, le VUS est à son meilleur dans de telles conditions. J’affectionne un parcours d’une vingtaine de kilomètres de route sinueuses, bosselées et surtout peu fréquentées qui me permettent de bien évaluer la tenue de route et le confort des VUS que j’ai le plaisir d’essayer. Le tracé était à peine dégagé lors de mon passage et sous la dizaine de centimètres de neige poudreuse je pouvais déceler des plaques de glaces çà et là dans les courbes et les côtes abruptes. Un pur délice avec le Touareg qui par sa direction précise et la ténacité de sa traction inspire confiance dans de telles conditions. En milieu encore plus extrême on a qu’à enclencher le mode « off road » pour activer tous les aides à la conduite comme l’assistance en pente abrupte et le resserrement du jeu des différentiels pour sécuriser la balade. Sur l’autoroute le Touareg offre un environnement ouaté à ses occupants tant par son silence de roulement que par le confort de sa cabine. On avale les kilomètres sans soucis mais comme tous les produits de la marque, on roule souvent à dix voir vingt km/h plus rapidement que ce qu’on ressent, prudence est de mise.

L’unique motorisation disponible pour 2017 consiste en un V6 à essence de 3,6 litres développant 280 chevaux et 266 livres de couple exprimées de 3,000 à 4,000 tours qui est jumelé à une excellente boite automatique à huit rapports. Dire qu’on s’ennuie des 400 livres de couple du V6 diesel disponible en 2015 relève de l’euphémisme tant cette motorisation convenait si bien à la vocation du Touareg. En version V6 de 3,6 litres, le moteur peine dans certaines circonstances parce que ses maigres 280 chevaux doivent déplacer une masse de plus de 2 000 kg et que bien qu’increvable, il a tout de même consommé plus de 14l/100km en moyenne lors de notre essai.

 

Plus et moins

 

Essai-auto a aimé

  • Élégant, confortable et capable
  • Aménagement intérieur réussi
  • Douceur de roulement
  • Sécuritaire quelles que soient les conditions
  • Capacité hors-route indéniable

Essai-auto a moins aimé

  • Puissance du moteur un peu juste
  • Piètre qualité des essuie-glaces
  • Entretien coûteux

 

Conclusion et fiche technique

 

 

Le Touareg demeure un véhicule luxueux et polyvalent capable de vous amener à la montagne, si ce n’est pas carrément sur la montagne été comme hiver. Il vous permettra tout autant de sortir avec amis à une soirée à l’opéra ou à un match de la Flanelle (même prix!) en grande classe. Son moteur est certes un peu juste pour vous assurer des accélérations franches en manœuvres de dépassement lorsque le véhicule est bien chargé mais son grand confort et sa douceur de roulement compensent largement cette déficience.

 

Fiche technique

Information de base

Nom du véhicule :  Touareg
Marque :  Volkswagen
Version :  Execline
Autres versions disponibles :  Sportline, Wolfsburg
Catégorie :  VUS
Nombre de place assises :  5
Nombre de portes :  4
Gamme de prix : 51 900 $ à 65 460 $
Prix de la version à l'essai : 65 460 $
Transport et préparation : 1 795 $

Groupe Motopropulseur

Type de moteur :  V6
Cylindrée : 3,6 litres
Puissance (ch) : 280 ch.
Couple (lb.pi@tr/min) 266 : (lp-pi) @ 3000 trs/min
Transmission automatique (Nb rapports) :  8
Transmission manuelle (Nb rapports) :  ND
Transmission variable continue :  non

Performances

Accélération 0-100 km/h 8.5 sec.
Consommation moyenne durant l’essai : l/100km 14 l/100km

Sécurité

Freins antiblocage : oui
Assistance au freinage : oui
Répartition électronique du freinage : oui
Assistance à la stabilité : oui
Système d'avertissement de collision : oui
Système d'avertissement de changement de voie : oui
Système d'avertissement d'angle mort : oui
Aide au stationnement : oui
caméra de recul : oui

Confort et commodité

Garniture des sièges : Cuir
Sièges chauffant avant : oui
Sièges chauffant arrière : oui
Sièges climatisés oui
Système de navigation oui
Système de clé sans main oui
Banquette rabattable oui
Troisième rangée non

Système Sonore

Capacité MP3 : oui
Nombre de hauts-parleurs : 12
Puissance (watts) : 620 watts
Branchement auxiliaires : oui / non / ND
Système de divertissement arrière oui / non / ND
Port USB oui
Connectivité Wi-FI non

Dimensions

Longueur : 4 795 mm
Largeur : 1 940 mm
Hauteur : 1 732 mm
Empattement : 2 893 mm
Garde au sol : 201 mm
Poids à vide : 2 130 kg
Volume du coffre : 910 L
Capacité de remorquage : 3 500 Kg

Garanties

Générale :  4 ans / 80 000km
Assistance routière : oui

Mots-clés: VUS