la source en matière d'essai-auto

Essais Routiers

Ferrari 458 Italia 2013

Orgasmique!

Depuis son lancement en 2010, la Ferrari 458 Italia fait figure de référence mondiale dans le domaine des voitures exotiques de haute performance. Prenant la relève de la F430 que nous avions essayé lors de sa sortie en 2005, elle affronte des concurrentes de taille telles que les McLaren MP4-12C, Lamborghini Gallardo, Audi R8 V10 et Porsche GT2 RS. Mais à force d’entendre la presse internationale louanger cette Italia, on est parfois porté à douter de la véracité de ces informations, surtout en présence d’une compétition qui n’est pas piquée des vers. La seule façon d’être certain de quelque chose est de l’évaluer par soi-même. C’est ce que j’ai eu l’opportunité de faire et je vous présente ainsi l’essai de la Ferrari 458 Italia 2013.

  • 2013-ferrari-458-italia-f1
  • 2013-ferrari-458-italia-f10
  • 2013-ferrari-458-italia-f11
  • 2013-ferrari-458-italia-f12
  • 2013-ferrari-458-italia-f13
  • 2013-ferrari-458-italia-f2
  • 2013-ferrari-458-italia-f3
  • 2013-ferrari-458-italia-f4

Orgasmique!

Depuis son lancement en 2010, la Ferrari 458 Italia fait figure de référence mondiale dans le domaine des voitures exotiques de haute performance. Prenant la relève de la F430 que nous avions essayé lors de sa sortie en 2005, elle affronte des concurrentes de taille telles que les McLaren MP4-12C, Lamborghini Gallardo, Audi R8 V10 et Porsche GT2 RS. Mais à force d’entendre la presse internationale louanger cette Italia, on est parfois porté à douter de la véracité de ces informations, surtout en présence d’une compétition qui n’est pas piquée des vers. La seule façon d’être certain de quelque chose est de l’évaluer par soi-même. C’est ce que j’ai eu l’opportunité de faire et je vous présente ainsi l’essai de la Ferrari 458 Italia 2013.

  • 2013-ferrari-458-italia-f1
  • 2013-ferrari-458-italia-f10
  • 2013-ferrari-458-italia-f11
  • 2013-ferrari-458-italia-f12
  • 2013-ferrari-458-italia-f13
  • 2013-ferrari-458-italia-f2
  • 2013-ferrari-458-italia-f3
  • 2013-ferrari-458-italia-f4

À l'intérieur

Viva Italia!

Les amateurs de belles voitures le répètent depuis déjà plusieurs décennies; les plus belles créations automobiles sortent de l’Italie, et souvent des usines Ferrari de Maranello. Cette 458 est une beauté sous tous les angles. Beaucoup plus stylisée, fluide, agressive et excentrique que l’ancienne F430, elle attire le regard de tous les passants. Jeunes, vieux, hommes, femmes, tous sont subjugués par ces courbes toutes en rouge qui rendent les yeux scintillants et la tête plein de rêves inassouvis. Il y a quelque chose d’inexplicable et d’intangible, que l’on ne peut expliquer mais qui se ressent dès qu’on se tient près d’une telle voiture. L’histoire de Ferrari, la légende, les performances, le prix astronomique, la faible disponibilité, tout est en place pour créer la passion. Et cette 458 Italia, elle le réussit de brillante façon.

Plusieurs d’un peu partout critiquent les récents designs sortant de chez Ferrari : par exemple, la décapotable California, la très singulière et ridicule FF, ainsi que la nouvelle F12 Berlinetta. Elles sont toutes très modernes visuellement, nulle doute la-dessus. Par contre, il est vrai que l’on peut se questionner si elles seront encore belles à regarder dans 15 ans d’ici. À mon avis, la 458 est à l’abri de ce genre de soupçon car elle offre une prestance qui défiera les décennies, tout comme a pu le faire la F40 du milieu des années 80.

Matériaux de qualité

Outre les matériaux provenant de l’ingénierie aérospatiale utilisés pour concevoir la carrosserie et le châssis, on dénote aussi que la qualité des matériaux de l’habitacle n’a plus rien à voir avec les plastiques bon marché qui affectait le cockpit des Ferrari des années 80 et 90. Que ce soit le tableau de bord, les portes, le volant ou toute autre partie de l’habitacle, on sent la qualité et le soin apporté à confectionner cet environnement. Vous direz qu’on n’achète pas une telle voiture pour le confort de son habitacle, et vous avez raison. Mais quand on débourse près de 300 000 $, on souhaite que toutes les facettes de la voiture nous en offrent pour notre argent. Et c’est exactement ce que cette Italia offre à son propriétaire.

Une fois assis bien profond dans le siège à réglage électrique, on se sent immédiatement enveloppé par celui-ci, et la position de conduire est très similaire à une vraie voiture de course. Le tableau de bord offre toutes les informations nécessaires via différents menus, mais le tachymètre est celui qui est juste devant nous, et aussi le plus utile dans une voiture offrant de telles performances. Deux éléments sautent rapidement aux yeux. Tout d’abord, il n’y a pas de levier de vitesse car toutes les commandes de la transmission se passent via les deux palettes montées au volant. C’est très étrange de ne voir aucun bras de transmission. Cette transmission à double embrayage est la seule disponible, aucune boîte manuelle traditionnelle n’est offerte au catalogue, une première pour la voiture « de masse » de Ferrari. Le second élément qui retient l’attention est le volant. Oui sa forme est unique mais ce qui est intéressant est le fait que plusieurs commendes s’y retrouvent, exactement comme sur le volant d’une Formule1. Que ce soit le bouton de démarrage, l’ajustement des suspensions, le réglage du mode d’intervention du système de stabilité, ou même la commande des essuie-glaces, tout est disponible via le volant.

La conduite

Aphrodisiaque sur piste

La 458 est assez confortable pour être utilisée sur la route, et son équipement de série est tout de même adéquat pour une conduite hors circuit. Par contre, le but premier d’une telle voiture est de procurer un niveau inégalé de performance. Selon les ingénieurs de Ferrari, cette voiture est toute aussi rapide que la mythique Enzo du milieu des années 2000 sur certains circuits. Donc, j’avais bien hâte de constater ce niveau de performance. N’attendons plus une seconde et voyons voir ce que cette Ferrari a dans le ventre!

Dès que l’on presse le bouton de démarrage, une sonorité enivrante et très présente envahie l’habitacle. Au diable la chaîne audio, la plus belle mélodie se passe ailleurs que via les haut-parleurs. Dès les premiers mètres, on reste surpris par la direction qui est à la fois un peu lourde et ultra précise. Ensuite, on remarque les vitesses qui sont passées en un éclair. Cette boîte à sept rapports n’a besoin que de 120 millisecondes pour changer de vitesse. Au fur et à mesure qu’on augmente la cadence, notre cœur bat de plus en plus fort et le sourire devient de plus en plus grand. J’ai piloté plusieurs types de voitures sport et exotique sur piste, et laissez-moi vous dire que celle-ci est de loin la plus performante et surtout la plus grisante jamais essayée.

Au cœur de ce superbe châssis, on retrouve un V8 de 4,5 litres produisant une puissance annoncée de 570 chevaux à 9000 tours/min! Les performances sont de loin supérieures à la F430 qu’elle remplace : un 0-100 km/h en 3,5 secondes, un quart de mile en 11.2 à plus de 200 km/h, et une vitesse de pointe de 325 km/h. Donc le terme "collé au banc" s'applique ici! Certains pourraient amener le fait qu’une simple Nissan GT-R offre des chiffres sensiblement identiques pour 150 000 $ de moins, et ils ont pleinement raison! Par contre, ce que la GT-R ne peut offrir est une expérience en piste aussi mémorable et électrisante. Avec la Ferrari, on a vraiment l’impression de contribuer à chaque petite manœuvre et commande, pour ainsi améliorer notre temps au tour à mesure que l’on apprivoise la bête. Dans la GT-R, c’est rapide mais on ressent que l’électronique à beaucoup plus à voir avec les exploits de la voiture que le pilote, et la rétroaction n’est pas son point fort. Si je peux me permettre d’exagérer un peu, avec la Nissan, c’est comme jouer à Forza Motorsport ou Gran Turismo sur une console PS3 ou xBox360. L’expérience est plaisante mais il manque quelque chose pour réellement se sentir inclus dans ce que l’on vit.

Avec ce moteur V8 monté au centre de la voiture, l’équilibre est parfait et permet de lancer la voiture en virage à des vitesses très élevées, tout en restant en pleine confiance et maitrise de ce qui se passe. Je n’ai jamais ressenti une telle communication sur piste, le point de corde est facile à aller chercher même lors d’excès d’enthousiasme. La voiture transmet tous les moindres détails, on sait exactement à quel moment la limite est atteinte (quand on s’y rend!), et on prend un plaisir à explorer l’incroyable adhérence en virage de plus de 1.00 G, la puissance ahurissante des freins, et la montée en régime à 9000 trs/min. Après quelques tours, on se prend pour Schumacher et on se retrouve même par moment en glissade en sortie de virage. C’est si facile et surtout tellement, tellement jouissant comme expérience. Le système de contrôle de la stabilité comporte plusieurs modes et celui-ci est dérivé de la technologie provenant de la F1. Il est possible de complètement le désactiver, de le mettre en mode Race, Sport, ou pluie. Chaque mode intervient juste au bon moment, tout en laissant le pilote s’amuser. J’ai utilisé le mode Sport et Race, et c’est fascinant à quel point ce système peut laisser le pilote effectuer des dérobades du train arrière et même des glissades des quatre roues en virage à haute vitesse. Il n’interviendra que pour corriger si la situation est jugée dangereuse et extrême.

Conclusion

Cette 458 Italia pèse environ 1480 kg et pourtant, sur piste, on a l’impression de piloter une voiture de course qui pèse au maximum 1100-1200 kg. Le niveau d’ingénierie qui fût utilisé pour la conception de cette voiture est à jeter par terre. Le seul défaut que je peux lui reprocher concerne son train avant qui est très sensible et peut parfois réagir trop abruptement par moment. Il suffit d’être averti et d’y aller délicatement! Et tant qu’à parler de défaut, le mode automatique de la transmission n’a pas sa place dans une telle voiture, même si la conduite est alors très civilisée et la transmission fluide.

Ceci résume ainsi mon essai routier (principalement sur piste) de cette superbe et fascinante Ferrari 458 Italia. Dommage que ce rêve n’est réservé qu’aux multimillionnaires et collectionneurs de ce monde. Chaque amateur de caoutchouc brulé devrait avoir la chance d’expérimenter la conduite d’une 458 une fois dans sa vie. Ainsi, vous pourriez mourir en paix une fois le moment arrivé….

Fiche technique

 

Fiche Technique (458 Italia)

INFORMATION DE BASE
Catégorie de véhicule : Sport exotique
Places assises 2
Nombres de portes 2
PRIX
Gamme de prix 269 900$ - 298 000 $
Prix du modèle essayé 288 650 $
GROUPE MOTOPROPULSEUR
Type V8
Cylindrée 4,5 litres
Puissance (ch@tr/min) 570 ch.
Accélération 0-100 km/h 3.6 sec.
Couple (lb.pi@tr/min) 398 lb.pi@ 6000 trs/min
Transmission automatique (nombre de rapports) 7
Freins antiblocage Oui
PNEUS
Grandeur des pneus 20 pouces
Dimension des roues 295/35
SYSTÈME DE SÉCURITÉ
Sacs gonflable avant 2
Sacs gonflable latéraux 2
Rideaux latéraux Aucuns
Système antipatinage Oui
Contrôle de stabilité électronique Oui
COFORT ET COMMODITÉ
Garniture des sièges Cuir
Sièges chauffants Oui
Climatiseur Oui
Régulateur de vitesse Oui
Serrures électriques Oui
Télédéverrouillage Oui
Vitres électriques Oui
Volant ajustable Oui
Volant télescopique Oui
CONSOMMATION D'ESSENCE (L/100 km)
Moyenne durant l’essai 18,0 l/100km
DIMENSIONS
Longueur 4 527 mm
Largeur 1 937 mm
Hauteur 1 213 mm
Empattement 2 650 mm
Poids à vide 1 485 kg
Volume du coffre 230 L
GARANTIES (ANNÉES / KM)
Générale 3 ans / 60 000km