la source en matière d'essai-auto

Essais Routiers

Chevrolet Camaro RS 2017 - La conduite

La version diète du muscle car de Chevrolet

La sixième génération de la Camaro nous est arrivée en cours d'année avec plus de 100 kilos en moins par rapport à sa devancière grâce à sa nouvelle architecture Alpha qu’elle partage avec la Cadillac ATS. La Camaro offre encore plus de plaisir quelle que soit la version choisie. Déclinée en version RS avec le tout nouveau six cylindres de 3,6 litres jumelé à la boite manuelle à six rapports, la voiture affiche un comportement qui la rapproche beaucoup plus d’un coupé sport que celui d’un muscle car. Aussi disponible en version quatre cylindres turbo et huit cylindres de 6,2 litres, la Camaro peut ainsi répondre à tous les goûts et tous les budgets. 

 

  • IMG_1382
  • IMG_1383
  • IMG_1397
  • IMG_1406
  • IMG_1407
  • IMG_1426
  • IMG_1439
  • IMG_1442

 

La version diète du muscle car de Chevrolet

La sixième génération de la Camaro nous est arrivée en cours d'année avec plus de 100 kilos en moins par rapport à sa devancière grâce à sa nouvelle architecture Alpha qu’elle partage avec la Cadillac ATS. La Camaro offre encore plus de plaisir quelle que soit la version choisie. Déclinée en version RS avec le tout nouveau six cylindres de 3,6 litres jumelé à la boite manuelle à six rapports, la voiture affiche un comportement qui la rapproche beaucoup plus d’un coupé sport que celui d’un muscle car. Aussi disponible en version quatre cylindres turbo et huit cylindres de 6,2 litres, la Camaro peut ainsi répondre à tous les goûts et tous les budgets. 

 

  • IMG_1382
  • IMG_1383
  • IMG_1397
  • IMG_1406
  • IMG_1407
  • IMG_1426
  • IMG_1439
  • IMG_1442

 

Le design

La nouvelle architecture Alpha a non seulement permis aux ingénieurs de réduire le poids de la voiture mais aussi ses dimensions extérieures et du coup nous offrir une Camaro beaucoup plus racée que par le passé. On peut retrouver les lignes de la toute première camaro dans le dessin de la calandre mais surtout dans la partie trois quart arrière avec ses ailes bombées qui viennent se perdre au niveau du becquet du coffre. La ligne de toit est particulièrement bien réussie et accentue la longueur du capot comme le veut la tradition des coupés sport. Les porte-à-faux avant et arrière sont au minimum et confèrent à la voiture un look ramassé et passablement dynamique. La fenestration est par contre à son minimum si bien qu’il faut du temps pour s’acclimater à un tel environnement de travail.

En prenant place à l’intérieur on constate que l’accès y est facile mais l’habitacle de la version 1LT de base que nous avions est plutôt terne et sombre. Il est possible de joyeusement l’égayer en choisissant parmi les incalculables combinaisons d’options et de s’offrir une cabine plus luxueuse. Les plastiques bon marché abondent et le recouvrement des sièges ne résistera pas au temps bien que le tout soit bien assemblé. Les places arrière sont risibles mais le dossier de la banquette peut se rabattre pour offrir plus de volume au coffre qui nous a étonné par ses dimensions généreuses. Son ouverture vient par contre gâcher les choses par sa taille trop petite. Des défauts somme toute bien mineurs lorsqu’on descend de la voiture et qu’on la regarde. Belle réussite.

La version d’entrée de gamme propose un tableau de bord simple doté d’un grand compte tours flanqué d’un lecteur de vitesse et de deux cadrans pour la jauge à essence et la température du moteur. L’écran situé droit devant offre une multitude de fonctions allant du simple et très utile lecteur de vitesse numérique à des fonctions mesurant les performances de la voiture en passant par une série d’information sur les signes vitaux de la mécanique. Cette version de base propose tout de même des technologies telle Apple CarPlay et divers réglages de la chaine audio et de la voiture.

 

La conduite

Contrairement à Ford qui place son moteur V6 en entrée de gamme, Chevrolet a choisi d’offrir son quatre cylindres de 2,o litres produisant 270 chevaux et 290 livres de couple en guise de moteur de base. À l’autre extrémité du spectre moteur, on retrouve un solide V8 de 6,2 litres capable de 440 chevaux et 450 livres de couple qui pourra satisfaire les amateurs de performances ébouriffantes. Notre voiture d’essai se situait au milieu en proposant un tout nouveau V6 de 3,6 litres à injection directe de carburant produisant 330 chevaux et 285 livres de couple, muni d’un système de gestion de carburant par désactivation de cylindres et jumelé à une boite manuelle de six rapports. Outre cette option moteur proposée pour 1 645$, notre voiture était équipée de l’ensemble RS (2 145$) incluant entre autres des roues de 20 pouces, des phares à haute densité et un becquet arrière; de l’échappement sport (940$) qui selon moi transforme la sonorité du V6 de façon spectaculaire. Pas le cri fou du V6 de la Jaguar F Type, mais pour le prix, un must. La facture s’élève donc à 33 955$ avec les frais de transport et les taxes.

Les temps changent et on doit admettre que les moteurs V6 de performance ont la cote. Après tout notre Camaro partage non seulement son architecture avec la Cadillac ATS mais aussi son moteur qui ne rechigne aucunement aux limites de son registre. Sa puissance est exploitable au maximum en tout temps et sa sonorité vient ajouter une note de raffinement difficile à retrouver dans cette gamme de prix. La boite manuelle gagnerait à être plus facile à manipuler mais elle permet de s’amuser à faire chanter la mécanique au moins dans les trois premiers rapports sans craindre l’incarcération immédiate pour très grand excès de vitesse. À moins d’être un fan inconditionnel des V8 cette motorisation ne pourra que vous satisfaire.

Au volant de la RS on constate que la voiture n’intimide pas et que les efforts des ingénieurs pour réduire le poids et augmenter la rigidité de la caisse ont porté fruit. Les masses de la a voiture sont bien équilibrées grâce au positionnement reculé de son moteur, la relocalisation de la batterie dans le coffre arrière et l’usage d’aluminium pour les pièces de suspension. Le comportement est relativement neutre et sans vice. Les roues de 20 pouces augmentent l’adhérence en virage et réduisent les distances de freinage sans trop sacrifier le confort même sur des revêtements en mauvais état. La direction communique bien le travail du train avant et on peut facilement sentir le point de décrochage en virage serré. Un bémol à soulever : la visibilité a peut-être été améliorée aux dires de Chevrolet mais vous aurez à bien aiguiser vos sens au volant de cette voiture tant le pare-brise est minuscule et l’absence de détecteurs d’angle mort est quasiment impardonnable.

 

Les plus et les moins

 Essai-Auto a aimé

  • Rapport prix/performance plus qu’intéressant
  • Direction bien éveillée
  • Puissance facile à exploiter
  • Sonorité du système d’échappement sport
  • Consommation raisonnable compte tenu des performances
  • Châssis raffiné

Essai-auto a moins aimé

  • La visibilité encore perfectible
  • Matériaux bon marché sur la version de base
  • Places arrière risibles

 

Conclusion et fiche technique

Conclusion

Je dois admettre que mon scepticisme de départ envers la Camaro s’est complétement estompé au cours de ma semaine à son volant. Je l’ai utilisé tous les jours, dans la circulation, pour faire les courses en ville, aller me « promener » en campagne et effectuer deux trajets de plus de 200 km sur autoroute. La consommation moyenne affichait 10,4 L/100km lors du retour de la voiture chez GM. Voilà, la Camaro a grandement gagné en maturité et en raffinement et je n’hésiterai pas à la recommander à quiconque à la recherche d’un coupé sport à propulsion pour moins 35 000$.

 

Autres commentaires: Benjamin

Cette nouvelle génération est de loin supérieure à l'ancienne à tous les niveaux. Aucun doute ici! La tenue de route, la communication au pilote, l'efficience du groupe motopropulseur, l'habitacle, l'ajustement de la suspension, etc. Le seul hic c'est que je n'avais jamais l'impression d'être au volant d'un Muscle Car lorsque j'ai conduit ce véhicule en version V6. Ce n'est pas une mauvaise chose mais les nostalgiques du "bon vieux temps" ne retrouveront pas le caractère et la personnalité qui hantent leurs souvenirs d'antan. La version V8 doit surement apporter le punch à bas régime et la sonorité digne d'un vrai small block américain...

 

Fiche technique

Information de base

Nom du véhicule :  Camaro
Marque :  Chevrolet
Version :  RS
Autres versions disponibles :  
Catégorie :  Coupé sport
Nombre de place assises :  4
Nombre de portes :  2
Gamme de prix : 28 500 $ à 50 000 $
Prix de la version à l'essai : 33 955 $
Transport et préparation : 1 650 $

Groupe Motopropulseur

Type de moteur :  V6 essence
Cylindrée : 3.6 litres
Puissance (ch) : 330 ch.
Couple (lb.pi@tr/min) 285 lp-pi @ 4,800 trs/min
Transmission automatique (Nb rapports) :  8
Transmission manuelle (Nb rapports) :  6
Transmission variable continue : non

Performances

Accélération 0-100 km/h 5.9 sec.
Quart de mile (400m) 13.9 sec. à 164 km/h
Consommation moyenne durant l’essai : l/100km 10,4 l/100km

Sécurité

Freins antiblocage : oui
Assistance au freinage : oui
Répartition électronique du freinage : oui
Assistance à la stabilité : oui
Système d'avertissement de collision : non
Système d'avertissement de changement de voie : non
Système d'avertissement d'angle mort : non
Aide au stationnement :

non

caméra de recul : oui

Confort et commodité

Garniture des sièges : Tissu
Sièges chauffant avant : oui
Sièges chauffant arrière : non
Sièges climatisés non
Système de navigation non
Système de clé sans main oui
Banquette rabattable oui

Système Sonore

Capacité MP3 : oui
Nombre de hauts-parleurs : 9
Branchement auxiliaires : oui
Système de divertissement arrière non
Port USB 2
Connectivité Wi-FI oui

Dimensions

Longueur : 4 782 mm
Largeur : 1 897 mm
Hauteur : 1 348 mm
Empattement : 2 811 mm
Poids à vide : 1 580 kg
Volume du coffre : 258 L

Garanties

Générale :  3 ans 60 000km
Assistance routière : oui
Perforation due à la corrosion :  6 ans 160 000km