la source en matière d'essai-auto

Essais Routiers

BMW 340i xDrive 2016

Il ne faut pas trop essayer de comprendre la logique derrière la nomenclature de BMW avec la prolifération des modèles au cours des dernières années. Ainsi la 340i n’est pas animée par un moteur de 4 litres mais bien un 3 litres turbo à double volute, tout comme la 335i de l’année dernière. BMW se devait d’insuffler un peu de nouveau dans son modèle phare pour au moins tenir tête à la classe C de Mercedes et la venue de la toute nouvelle Audi A4.

 

  • 2016-bmw-340i-xdrive-f1
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f2
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f3
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f4
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f5
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f6
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f7
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f8

Il ne faut pas trop essayer de comprendre la logique derrière la nomenclature de BMW avec la prolifération des modèles au cours des dernières années. Ainsi la 340i n’est pas animée par un moteur de 4 litres mais bien un 3 litres turbo à double volute, tout comme la 335i de l’année dernière. BMW se devait d’insuffler un peu de nouveau dans son modèle phare pour au moins tenir tête à la classe C de Mercedes et la venue de la toute nouvelle Audi A4.

 

  • 2016-bmw-340i-xdrive-f1
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f2
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f3
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f4
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f5
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f6
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f7
  • 2016-bmw-340i-xdrive-f8

Design

Une cible qui bouge

La Série 3 de BMW a longtemps été la cible avouée des constructeurs de berlines de luxe à vocation sportive. Qui de Cadillac, Lexus ou Infiniti n’a pas clairement avoué dans ses briefings de presse que l’inspiration de la ATS, la IS ou la Q50 venait de la BMW de série 3 ? BMW a longtemps trôné les tests comparatifs de plusieurs medias mais la concurrence s’est avérée plus féroce au cours de trois dernières années et l’étoile de la 335 avait perdu un peu de son lustre.

Les changements apportés à la carrosserie de la version 2016 sont du genre évolutif et se contentent de proposer des phares au DEL à l’avant ainsi que des prises d’air plus massives au bas de la calandre. L’arrière a changé un peu avec des feux plus gros et un diffuseur plus stylisé flanqué d’embouts d’échappement de plus grande dimension. La voiture demeure parmi les plus facilement reconnaissable sur la route et l’équilibre de ses dimensions en fait un exemple de design qui saura traverser le temps sans trop souffrir.

Luxe discret

L’intérieur des BMW ne fait pas l’unanimité puisque certains diront que le design est trop simple alors que d’autres le trouveront tout à fait efficace. Il faut reconnaître que les intérieurs des versions 320 et 328 de base sont franchement sévères au point d’en friser l’austérité. Rien à voir avec le luxe et l’élégance de l’intérieur de la Classe C de Mercedes et la planche de bord hyper techno de la nouvelle Audi A4.  Quoiqu’il en soit, tout dans cette BMW est conçu en fonction de celui qui est au volant. Pas que les passagers soient en reste mais la position de conduite, le positionnement des commandes et la convivialité des systèmes priment sur le confort des passagers. Les sièges sont parmi les plus efficaces lors de long trajets tout comme en conduite sportive, la planche de bord est facile à consulter et l’option (hélas oui) du dispositif à tête haute vous permet de consulter les données essentielles sans quitter la route des yeux. On a reproché à la série 3 de s’être embourgeoisée lors de sa refonte en 2013 mais les ventes ont complètement invalidé cette critique et on ne peut que le constater tellement il y en a sur nos routes.

Sans y être à l’étroit, on sent l’habitacle un peu serré pour les personnes de grande taille et la proximité du parebrise pour les occupants des places avant amplifie cet effet de dimensions réduites. Le coffre est juste assez grand, bien fini et son ouverture ne limite en rien son accès.

La conduite

Performances assurées

La 340 est disponible en version propulsion ou en traction intégrale xDrive et livrable avec une boite manuelle à six rapport ou une automatique à huit rapports du fabriquant ZF. Le tout nouveau six cylindres en ligne de 3 litres muni d’un turbocompresseur à double volute est issu de la même architecture que les quatre cylindres turbo qui équipent la 328. BMW a en effet choisi d’opter pour une approche de construction modulaire pour l’ensemble de ses moteurs et réduire ainsi certains couts de fabrication. N’ayez crainte, ce nouveau moulin est d’une souplesse exemplaire et d’un raffinement digne de la marque et produit 320 chevaux à 5 500 tours et 332 livres de couple à aussi peu que 1 400 tours. Le choix de la boite automatique ne représente pas un compromis puisque le zéro-cent km/h peut se réaliser en moins de 5 secondes et les passages sont nets et extrêmement rapides et les reprises instantanées. La cartographie de cette boite est particulièrement réussie et il est pratiquement impossible de la prendre en défaut. En mode Sport Plus, elle garde les rapports juste ce qu’il faut, rétrograde au bon moment et semble être en mesure de lire la route tout aussi bien que le pilote. Les passages s’effectuent à 7 000 tours en mode automatique mais peuvent monter jusqu’à 7 400 en utilisant le mode manuel. En mode confort ou Eco, elle s’assagit considérablement et passe ses rapports en douceur.

C’est au chapitre de la tenue de route que la série 3 de BMW s’est forgé une réputation si convoitée de la concurrence et la 340 en rajoute. BMW a porté une attention particulière aux points d’ancrage des suspensions sans pour autant en affecter le confort mais la 340 a gardé tout le dynamisme associé à la marque. Les différents modes de conduite apportent une polyvalence franchement remarquable au comportement de la voiture. Le mode Eco favorise une conduite sage et le système électrique bénéficie d’une récupération d’énergie alors que le mode Confort ajuste suspensions et cartographie du groupe motopropulseur pour ne pas trop offusquer vos passagers. Les modes Sport et Sport Plus pousse la mécanique à son maximum et ajustent même les aides à la conduite pour permettre quelques belles glissades bien contrôlées. Les freins sont sans reproche et la calibration du système ABS représente ce qui se fait de mieux dans l’industrie. Des roues de 19 pouces et des pneus de dimensions différentes aux essieux avant et arrière contribuent à faire de cette traction intégrale une voiture au comportement associé aux propulsions.

Tout ce plaisir peut couter cher en carburant à indice d’octane de 91 ou plus. Bien que nous ayons pu constater qu’il soit possible d’arriver à faire 8,2 L/100km sur autoroute à vitesse semble-t-il tolérable par les forces constabulaires en présence, en ville la consommation n’affiche rarement pas moins de 13,5 L/100km. Et lorsqu’on s’amuse en mode Sport Plus sur une route très secondaire, on peut observer plus de 15L/100km, mais ça, c’est presqu’inévitable au volant de ce genre de bagnole. Bref, le bilan hebdomadaire s’est finalisé par 11,2 L/100.

Plus et moins

Essai-auto a aimé:
• Plaisir de conduire assuré
• Modes de conduite qui allient confort, économie et performance
• Moteur d’une souplesse exceptionnelle
• Boite automatique efficace et rapide

Essai-auto a moins aimé:
• La composition et le coût des ensembles d’options
• L’intérieur austère des versions de base

Conclusion

Une valeur sûre ?

Il est possible de rouler dans une BMW 320i xDrive pour 40 000$ mais sachez que notre 340i xDrive vaut près de 65 000$ avant les frais de transport et de préparation. Sans tous les ensembles d’options, on peut s’en tirer pour moins de 55 000$ mais si vous souhaitez ne serait-ce que le système à tête haute, vous devrez cocher l’ensemble premium de 6 500$ qui comprend un pare-soleil automatique pour la lunette arrière ! Les puristes par contre choisiront une 340i à propulsion, une boite manuelle à six rapports et l’ensemble M Sport pour profiter au maximum des plaisirs que cette voiture peut apporter à son pilote.

Autres commentaires: Benjamin

Outre les accélérations et reprises qui sont légèrement plus soutenues qu'avec l'ancienne 335i, ce qui a retenu mon attention est l'amélioration de la présentation de l'habitacle et l'assemble général. Les matériaux sont maintenant de très grande qualité et les différents types de texture ajoutent une belle touche. Bref, cette 340i est un pas en avant malgré les faibles changements apportés à la voiture dans son ensemble. Les seuls qui remarqueront ces changements sont les vrais amateurs de cette marque bavaroise.

Fiche technique

Fiche Technique (340i xDrive)

INFORMATION DE BASE
Catégorie de véhicule : Luxe
Places assises 5
Nombres de portes 4
PRIX
Gamme de prix 39 990$ - 66 540 $
Prix du modèle essayé 64 340 $
Transport et préparation 2 145 $
GROUPE MOTOPROPULSEUR
Type 6 cyl. en ligne turbo
Cylindrée 3,0 litres
Puissance (ch@tr/min) 320 ch.
Accélération 0-100 km/h 5.0 sec.
Couple (lb.pi@tr/min) 332 lb.pi@ 1400 trs/min
Transmission automatique (nombre de rapports) 8
Transmission manuelle (nombre de rapports) 6
Freins antiblocage Oui
PNEUS
Grandeur des pneus 19 pouces
Dimension des roues 255/35
SYSTÈME DE SÉCURITÉ
Sacs gonflable avant 2
Sacs gonflable latéraux 2
Rideaux latéraux 4
Système antipatinage Oui
Contrôle de stabilité électronique Oui
COFORT ET COMMODITÉ
Garniture des sièges Cuir
Sièges chauffants Oui
Climatiseur Oui
Régulateur de vitesse Oui
Serrures électriques Oui
Télédéverrouillage Oui
Vitres électriques Oui
Volant ajustable Oui
Volant télescopique Oui
SYSTÈME SONORE
Radio AM/FM avec multi DC Oui
Capacité MP3 Oui
Branchement auxiliaires Oui
CONSOMMATION D'ESSENCE (L/100 km)
Moyenne durant l’essai 11,2 l/100km
DIMENSIONS
Longueur 4 643 mm
Largeur 2 031 mm
Hauteur 1 434 mm
Empattement 2 810 mm
Poids à vide 1 733 kg
Volume du coffre 480 L
GARANTIES (ANNÉES / KM)
Générale 4 ans / 80 000 km
Assistance routière Oui

Mots-clés: Berline, Sport